L’investissement immobilier en 2022 : cinq choses à savoir

La situation économique actuelle a un impact sur le marché de l’immobilier français, mais cette conjecture particulière ne doit pas vous empêcher de mener à bien votre projet sur le long terme. Le premier fait que l’on constate en 2022 est la hausse des taux d’intérêts qui devrait avoir plusieurs impacts sur le marché.

Les personnes qui tentent l’aventure de l’achat peuvent bénéficier d’une simulation PTZ (prêt à taux zéro) pour analyser leurs futures dépenses. Dans cet article, nous dressons un inventaire de la plupart des challenges qui vont se dresser sur votre route si vous souhaitez acheter un bien.

Lire également : Comment choisir une action pour investir

Pénurie de matières premières et de main d’œuvre

Au chapitre du “Tout Augmente”, le besoin en matières premières et en main d’œuvre s’est accentué, et les prix ont eu tendance à s’envoler en 2021, après une reprise commerciale où la demande était malheureusement plus importante que l’offre.

La pénurie a eu des effets importants au niveau mondial, ne serait-ce que pour le transport international des matériaux dont le coût à augmentée de 400 % depuis 2019.

A découvrir également : Faites confiance à un constructeur pour faire naître votre projet immobilier

Pour un projet immobilier, que ce soit une construction ou des rénovations importantes, il faut s’attendre à des retards, voire à une incapacité de poursuivre les travaux durant une période donnée.

La faute aux professionnels du secteur qui n’ont pas pu être recrutés durant 2020. Le résultat ? Les professionnels s’arrachent et prennent des contrats pour quelques centaines d’euros de plus sur la balance.

Hausse des taux d’intérêt : quelles conséquences pour 2022 ?

Les taux d’intérêt des crédits immobilier ne cessent d’augmenter et rendent plus difficile l’accès au crédit. Malgré un début d’année prometteur, nous constatons une hausse de 0,5 point en mai, ce qui fait atteindre les taux à 1,5 % sur 20 ans.

D’après les spécialistes comme Pierre Chapon, président de Pretto, cette tendance devrait se vérifier dans les prochaines semaines. Pour la plupart des établissements bancaires, cette hausse est comprise entre 0,2 et 0,4 points.

Y a-t-il encore un espoir pour les dossiers les plus faibles ? Le nombre de dossiers qui dépassent le taux d’usure (seuil légal du crédit à la consommation) a bondi de 24 % en avril contre 4,3 % en 2021. Traduction : les ménages avec les plus faibles revenus et des problèmes à rembourser vont se trouver en difficulté. Cela implique que les banques et les organismes de crédit vont refuser des dossiers ou faire des enquêtes approfondies sur la santé financière des emprunteurs.

Prix des transports, hausse du prix du carburant : ce qui pèse sur votre crédit

Le prix des carburants est étroitement lié à celui de l’immobilier, et les derniers prix à la pompe ont de quoi inquiéter une grande partie de la population. Il est difficile de savoir quand cette tendance haussière va s’arrêter.

Les véhicules diesel réputés plus polluants sont particulièrement impactés et faire un emprunt immobilier demande de considérer l’éloignement géographique de son lieu de travail.

En effet, les organismes de crédit et les banques sont particulièrement attentifs aux moyens de transport qui vous permettent de vous rendre au travail.

SI vous habitez à 50 kilomètres de votre lieu de travail par exemple, il faut considérer au moins une centaine de kilomètres par jour, multiplié par cinq jours ouvrés, ce qui représente une dépense mensuelle de plus de 500 €. Une somme non négligeable qui pourrait avoir un impact sur votre capacité à rembourser votre crédit.

Ce genre de détails sera donc passé à la loupe, et c’est aussi le cas si vous possédez deux voitures en tant que couple. Cependant, les municipalités allouent un grand budget à la construction de tramways et de réseaux routiers toujours plus performants.

À vous de déterminer s’il est judicieux d’acheter un bien dans un endroit excentré de votre lieu de travail.

Si vous ne pouvez pas vous passer de véhicule, sachez qu’investir dans un véhicule diesel risque bien d’être hasardeux car les restrictions en place font qu’ils risquent bien de disparaître dans les dix prochaines années.

Grandes villes : l’emplacement est toujours roi

Le classement de l’immobilier des villes françaises est toujours sans appel : ce sont les villes étudiantes qui vous permettent d’envisager les meilleures affaires pour un un projet immobilier locatif.

Voici le top 5 des grandes villes de France (agglomération de plus de 500 000 habitants) dans lesquelles il est très intéressant de s’installer :

●      Nantes : La Belle Endormie offre une situation géographique privilégiée ainsi qu’un parc immobilier d’exception Avec un prix moyen de 4 560 €/m² pour un bien neuf et 3 700€/m² pour une acquisition ancienne, Nantes se classe dans les villes abordables et offrent une qualité de vie prisée aussi bien par les étudiants que par les couples avec enfants ;

●      Toulouse : La ville Rose offre de belles opportunités d’achat avec des immeubles qui se négocient à moins de 4 300 €/m² ;

●      Bordeaux : toujours aussi dynamique, la ville offre de solides opportunités immobilières qui vont de 4 000 à 6 000 €/m² pour des habitats neufs dans des quartiers extrêmement attractifs ;

●      Montpellier : La ville du Sud se démarque aussi par une population étudiante très active et une croissance démographique soutenue. Le prix de l’immobilier pour un bien neuf se négocie autour de 3 700 €/m² ;

●      Lyon : La seconde ville de France possède de nombreux atouts qui la positionne de façon avantageuse. Les prix de la ville ont connu une forte augmentation, et c’est pourquoi un bien immobilier neuf peut s(‘arracher 5 300€/m²,avec des réductions significatives pour les gens qui peuvent bénéficier de la loi Pinel.

Impact environnemental : vers le ZAN, Zéro Artificialisation Nette

Sujet à la mode, la transition énergétique est un facteur à prendre en compte si vous souhaitez faire construire, surtout à la périphérie des grandes villes où se sont étalées les zones pavillonnaires durant plus de 50 ans. Quelles sont les nouveautés ?

Un protocole au nom légèrement barbare, le Zéro Artificialisation Nette, implique de diminuer drastiquement les projets de constructions en zones péri-urbaines. Le but est de préserver les terres agricoles et d’éviter un étalement urbain trop important.

Le plan Zan n’est pas encore enclenché, mais il devrait être largement opérationnel à l’horizon 2030. On prédit qu’avec cette loi, l’artificialisation des sols devrait baisser de moitié tous les deux ans.

Rappelons que les projets de construction, et surtout la bétonisation des sols entraînent des problèmes écologiques aux conséquences irréversibles.

Conséquence de ce cadre de Zéro Artificialisation Nette ? L’accès à la construction devrait se restreindre sur des secteurs qui sont pour l’instant attractifs, et les efforts des architectes et constructeurs doivent se focaliser sur une rénovation des habitations déjà existantes.

C’est peut être la fin d’une époque pour de nombreux professionnels qui créent à partir d’un terrain vague, et c’est aussi le début de projets immobiliers plus respectueux de l’environnement. Le concept implique la renaturation des sols avec le concours des collectivités locales.