samedi, novembre 27, 2021

Depuis quelques années, plusieurs personnes ont compris l’importance de diversifier les sources de revenus. Se générer des revenus passifs en dehors du cadre professionnel est donc devenus une préoccupation majeure chez de nombreux salariés.

Pour y parvenir, quelques entreprises prestataires ont mis en place des systèmes d’investissement dans l’immobilier. En lisant cet article, vous découvrirez quelques principes de l’investissement dans la SCPI.

A voir aussi : L’immobilier : pourquoi investir ?

Acquérir des parts à crédit

Plusieurs pensent qu’il est indispensable de disposer d’un capital avant de pouvoir devenir actionnaire immobilier auprès de la SCPI. Ce qui n’est pas le cas, car l’acquisition de ces parts du marché peut se faire à crédit. En effet, souscrire à crédit auprès de la Société Civile de Placement Immobilier présente de nombreux avantages pour l’investisseur.

Avant de vous lancer, il est possible de consulter des avis sur les avantages d’investir en SCPI. Toutefois, il faut noter comme premier privilège la possibilité de jouir d’une différence entre le taux de rendement et le coût bas des emprunts. Ce faisant, vous pourriez en toute facilité rembourser l’emprunt avec les bénéfices qui seront obtenus sur les revenus immobiliers.

Lire également : Tout savoir sur les SCPI

D’un autre côté, il faut notifier que l’achat sur emprunt est avantageux du point de vue de la fiscalité. Il permet en réalité à l’épargnant de déduire des revenus qu’il aurait perçus. De fait, investir à la SCPI avec un crédit est possible pour celui qui ne dispose pas de capital, mais souhaite se créer un patrimoine.

Acheter des parts en espèces

Si vous optez pour ce type d’investissement à la SCPI, il va falloir disposer d’un capital, même si celui-ci n’est pas élevé. En général, avec un montant de 5000 euros, il est possible d’acquérir quelques parts du marché de l’immobilier.

Le grand avantage qu’offre cette formule d’investissement est l’encaissement immédiat des revenus additionnels de façon trimestrielle. Cependant, il faut notifier que ces rémunérations sont soumises à un barème d’impôt et à des ponctions sociales.

La taxe appliquée aux revenus varie fortement selon la part marginale de charge à laquelle l’investisseur a été soumis (les revenus de SCPI relèvent du régime des revenus fonciers). De fait, la taxe peut être faible ou très élevée. Alors, pour se mettre à l’abri du paiement de taxe exorbitant, il est recommandé d’acquérir ses parts par le biais d’une assurance vie.

Devenir actionnaire via l’assurance vie

Cette option est avantageuse uniquement lorsque la part des taxes qui s’impose à l’investisseur est importante. Dans un premier temps, il faut préciser que les revenus provenant de la SCPI sont tous soumis à une fiscalité de contrat de l’assurance vie. De fait, la fiscalité s’annule lorsque l’épargnant laisse les gages de la SCPI dans la clause d’assurance vie.

De plus, les parts de la SCPI qui sont considérées comme étant des accords de compte seront sujettes à des ponctions sociales. Ces prélèvements se feront lors d’un rachat intégral ou proportionnel.

Toutefois, l’investissement reste toujours très avantageux même lorsque l’investisseur décide de retirer ses revenus de la SCPI. Parmi ces privilèges, on pourrait citer :

  • un abattement sur les plus-values imposables en cas de rachat partiel sur le contrat ;
  • une fiscalité plus intéressante en via assurance vie que celle du PFU (le PFU s’applique sur les gains réalisés sur les valeurs mobilières ne bénéficiant pas d’avantage fiscal particulier).

Notez que le PFU est l’acronyme du prélèvement forfaitaire unique. Enfin, il faut toutefois citer un inconvénient de l’assurance vie : un financement des parts de SCI par l’emprunt ne peut être réalisé via ce dispositif d’épargne.

Banner Content

Facebook

A propos

Serge, 48 ans, agent immobilier Bienvenue sur Immo B, blog d’actualité immobilière qui vous aidera dans vos prises de décisions !!

Abonnez-vous à newsletter

Show Buttons
Hide Buttons