Comment procéder à un agrandissement de son bien immobilier

Ajouter un agrandissement à votre propriété est un moyen efficace de créer davantage d’espace de vie, peut-être pour donner plus d’espace aux occupants actuels, ou pour accueillir une famille grandissante ou un parent âgé.

Il s’agit souvent d’une solution plus économique que le déménagement, notamment parce que l’achat d’une nouvelle propriété entraîne des coûts qui, dans certains cas, peuvent représenter le coût d’une extension.

A voir aussi : Où vous procurer les solvants nécessaires à vos travaux ?

Voici un guide des principaux problèmes que vous rencontrerez lorsque vous décidez de construire une extension en premier lieu, puis de passer à la structure finale.

Calculer les coûts

A lire en complément : Des chantiers sur mesure pour l’usage du granito

Voulez-vous construire un ou deux étages ? Par rapport à un étage, une structure de deux étages ne coûtera pas beaucoup plus cher par mètre carré, car vous devrez quand même payer pour les éléments les plus coûteux: les fondations et la toiture.

Accès: est-ce que la construction de l’extension limite le stationnement hors rue? Si tel est le cas, vous pouvez rencontrer des problèmes en ce qui concerne les autorisations de construire.

Comment un constructeur apportera-t-il des matériaux au terrain ? Pourront-ils accéder facilement au site, par l’arrière, par exemple, ou tout le matériel devra-t-il passer par la propriété ?

Vous devez également tenir compte de l’état du sol, des services, des arbres à proximité (racines, branches en surplomb), et des risques d’inondation.

Le coût de votre agrandissement dépend de nombreux facteurs, dont la qualité et la complexité de la conception. À titre indicatif, un coût de 1 000 à 2 000 euros par mètre carré est à prévoir pour les travaux sur votre maison.

Vous pouvez également faire appel à un architecte ce qui représente un coût supplémentaire. Bien qu’aucune loi n’indique pour le moment que vous devez le faire, il pourrait être très prudent de le faire si vous n’êtes pas totalement confiant dans la conception d’une structure sûre.

Équilibrez le budget de votre agrandissement avec la valeur qu’il ajoutera à la propriété globale.

Vérifiez si vous avez besoin d’une autorisation de construire

Tous les agrandissements ne nécessitent pas d’autorisation de construire. Les droits de développement autorisés signifient que dans certaines circonstances, vous pouvez commencer à construire sans en informer les autorités locales.

Remarque: les agrandissements construits sur des propriétés situées dans des zones classées bâtiments de France seront probablement soumises à des droits de développement autorisés réduits.

Assurez-vous que l’artisan possède une assurance décennale

Si des défauts de structure ou des défauts de fabrication deviennent apparents, vous ne pourrez recourir que si une garantie a été fournie avant le début des travaux. Cela peut également inciter le constructeur à faire du bon travail.

Ce n’est pas une tâche facile, mais vous devez faire l’effort de trouver un constructeur fiable et de confiance avec qui vous vous entendez ou faire appel à une entreprise générale du bâtiment également. Les recommandations personnelles peuvent apaiser les inquiétudes relatives aux compétences, à l’expérience ou au caractère.

Choisir le type d’agrandissement adapté à son budget et à ses besoins

Vous devez choisir le type d’agrandissement adapté à votre budget et à vos besoins. Il existe plusieurs options parmi lesquelles vous pouvez choisir, chacune ayant ses avantages et ses inconvénients.

L’une des options les plus courantes est l’extension arrière de la maison. Cela implique généralement la construction d’un nouvel espace habitable attaché à l’arrière de votre propriété existante. Cette option peut être moins coûteuse que certaines autres méthodes, mais elle dépendra néanmoins beaucoup du terrain sur lequel se trouve la propriété.

Une autre option pourrait être une extension latérale ou un garage converti en nouvelle pièce. Si vous avez un garage qui n’est pas utilisé, cette option peut s’avérer économique tout en ajoutant une superficie importante sans empiéter sur le jardin ou l’espace extérieur existant, si cher aux yeux des amis de la nature. Il y a aussi une possibilité d’aménager les combles pour une utilisation comme zone habitable supplémentaire.

Il est aussi possible que vous puissiez simplement rénover et remodeler votre maison actuelle pour maximiser son potentiel sans ajouter aucune superficie supplémentaire ! La cave peut-elle être transformée ? Y a-t-il moyen d’abattre certains murs non porteurs afin d’avoir davantage de lumière naturelle dans la pièce principale ?

Le choix final doit tenir compte du budget alloué, de vos besoins personnels et de ceux des membres présents dans votre foyer, ainsi que des restrictions éventuelles concernant le plan local d’urbanisme applicable au lieu choisi.

Évaluer les contraintes techniques et réglementaires liées à l’agrandissement de sa maison

Une fois que vous avez choisi le type d’agrandissement qui convient à vos besoins et à votre budget, vous devez prendre en compte les aspects techniques et réglementaires liés à la construction.

Si vous prévoyez une extension arrière ou latérale, vous devez tenir compte des opérations nécessaires. N’oublions pas qu’un agrandissement a également des conséquences fiscales ! De manière générale • mais là encore, tout dépend du pays où se trouve la propriété • l’augmentation de la taille d’un bien immobilier peut entraîner une augmentation de la valeur foncière, et par conséquent une hausse des taxes foncières à payer. Vous devez vous renseigner sur les différents aspects réglementaires en vigueur dans votre région avant toute action.