Quelles sont les spécificités d’un logement pour handicapé PMR ?

Nous entendons par maisons accessibles ou adaptées celles qui sont exemptes de barrières dans leur environnement. Elles permettent aux personnes âgées à mobilité réduite et/ou handicapées de continuer à vivre chez elles. Même seules, avec un maximum d’autonomie personnelle.

Cela leur permet de réaliser le plus grand nombre d’activités possible. La sécurité est maximale pour eux, leurs soignants et leurs proches. Et tout cela dans un environnement personnalisé et avec la chaleur et le confort que chacun désire.

A lire aussi : Quels sont les différents types de carport pour abriter sa voiture ?

Découvrons les spécificités d’un logement pour personne à mobilité réduite.

Logement pour handicapés PMR

Pour être considéré comme abordable, un logement doit répondre à certains critères de base. Les immeubles et les blocs d’appartements doivent être : accessibles aux personnes à mobilité réduite.

A lire en complément : Comprendre les enjeux du secteur immobilier

Ces bâtiments doivent disposer de solutions telles que des rampes. Elles doivent avoir des ascenseurs ou des monte-escaliers.

Ainsi, toute personne souhaitant accéder à son domicile puisse le faire sans difficulté. En outre, les portes d’entrée doivent avoir une largeur d’au moins 80 centimètres pour permettre aux personnes en fauteuil roulant d’entrer.

Dans les couloirs, la largeur doit être de 90 centimètres afin de pouvoir se déplacer confortablement. Les maisons accessibles aux personnes handicapées conservent les mêmes dimensions de portes et de couloirs.

Les supports muraux sont : recommandés dans les couloirs, les chambres et les salles de bains. Les barres d’appui aident les personnes à mobilité réduite à conserver leur équilibre. Elles doivent être : placées à une distance appropriée pour éviter les chutes.

Spécificités des portes et des sols

Concernant les portes, il est : recommandé qu’elles soient : toujours coulissantes, car elles sont plus pratiques à ouvrir et à fermer.

Le couloir, la salle de bains et la cuisine d’un logement doivent être conçus en fonction des utilisateurs de fauteuils roulants.

Les dimensions doivent comporter un cercle libre d’au moins 120 cm de diamètre pour assurer la manœuvrabilité et la rotation.

Les sols doivent être antidérapants et exempts d’irrégularités, de dénivelés et d’obstacles. Cela permet de réduire les risques d’accidents et de chutes.

Lors de la planification de la rénovation d’une maison pour personnes handicapées, il faut des spécificités. Le plus important est d’avoir une idée claire de ce à quoi ressemble une salle de bain accessible.

C’est l’une des parties les plus dangereuses de la maison. Selon la législation en vigueur, les utilisateurs doivent accéder au lavabo par l’avant et à la douche par le côté.

Le sol doit être antidérapant, sec et humide, et le lavabo ne doit pas comporter de pilier. La hauteur recommandée est de 80 cm par rapport au sol, avec 65 cm d’espace libre pour l’accès des fauteuils roulants.

Douche et autres endroits

La douche doit être équipée de supports et de barres d’appui, ainsi que d’un siège ou d’un banc de douche à l’intérieur.

Dans la cuisine, le plan de travail et l’évier ne doivent pas dépasser 85 cm de hauteur. L’évier et la cuisinière doivent avoir une zone pivotante à l’avant.

Si possible, les placards doivent se trouver au bas du plan de travail. Enfin, les prises de courant dans toute la maison doivent être à une hauteur confortable pour les personnes handicapées.

Dans les maisons accessibles aux malentendants, d’autres aides peuvent être installées. Par exemple, une sonnette d’entrée reliée au système d’éclairage de la maison.