Comment réagir face à une urgence plomberie ?

Les problèmes de plomberie peuvent arriver à n’importe quel moment. Certains sont facilement gérables tandis que d’autres nécessitent une intervention immédiate. Lorsque vous ne pouvez plus utiliser vos toilettes parce qu’elles sont bouchées, vous faites face à une urgence plomberie. Vous remarquez des traces de forte humidité sur l’un des murs de votre buanderie, là encore vous faites face à une urgence plomberie. Si rien n’est fait rapidement, vous vous retrouverez avec de gros dommages. Que faire ? Nous vous proposons dans cet article, l’attitude à avoir face à une urgence plomberie.

Abordez la situation avec calme

Même si vous vous retrouvez envahi par de l’eau, vous alarmer ne servira à rien. La situation n’est pas gaie mais elle peut être gérée. Fermez la vanne principale qui alimente votre domicile en eau. Si vous constatez que la fuite est localisée, vous pouvez simplement couper l’eau dans l’espace concerné par les dégâts. Même si vous êtes tenté d’éponger l’eau, prenez votre mal en patience et contactez un professionnel. Si vous habitez la région, trouvez un plombier en urgence à La Seyne sur mer en passant quelques coups de fil à vos proches. Ils peuvent probablement vous proposer un plombier fiable. A son arrivée il fera un diagnostic complet de la situation et préconisera les actions à mener. Avant toute réparation, bien vouloir demander un devis détaillé de l’intervention. 

A lire également : Pourquoi faire construire une maison clé en main ?

La gestion du volet financier

Selon l’origine de la fuite et l’étendue des dégâts, la facture pour les réparations et la gestion des dommages collatéraux peut vite s’alourdir. Avoir une bonne assurance pourrait vous aider à surmonter cette situation sans trop de difficultés. Mais vous devez avertir votre société d’assurance et lui fournir un dossier complet. Ce dernier comportera la demande d’indemnisation, les factures du plombier, les photos matérialisant l’origine de la fuite et celles des dommages causés. Vous devez le faire sous cinq jours maximum. La décision de dédommagement appartient à l’assureur.

A lire aussi : Engager un constructeur de maison individuelle : les détails à connaître