dimanche, octobre 25, 2020
Banner Top

Plus que jamais, la pierre séduit les investisseurs. Réputée comme plus sécuritaire, elle se décline pour s’adapter à tous. Après les garages, c’est l’immobilier meublé qui attire tous les regards. Zoom sur les avantages de cette nouvelle tendance.

L’immobilier meublé, un revenu locatif majoré

Le logement meublé se loue plus cher qu’un logement classique, dépourvu de meubles. Il faut compter une plus-value de 10 à 30 %. Cependant, les charges sont souvent plus importantes. En effet, il incombe au propriétaire de prendre en charge les achats de mobiliers, d’électroménagers et d’entretien de ceux-ci. Un investissement de base qui en vaut néanmoins la chandelle.

A découvrir également : Investir en Belgique : bonne ou mauvaise idée ?

Avec un logement meublé en parfait état situé dans une zone touristique, la différence de loyer avec un logement vide atteint facilement les 30 %, parfois plus. Cela est d’autant plus vrai avec les locations de courtes durées. Néanmoins, dans ce cas, la gestion est plus importante puisque les locataires du bien sont plus souvent renouvelés.

Peu d’impayés avec les locations meublées

La location meublée est celle qui souffre le moins des indélicatesses financières des locataires. En général transitoire, elle est alors budgétisée d’avance. De plus, elle attire des profils très peu enclins à ne pas honorer leurs engagements.

A lire également : Pourquoi l'immobilier en Bretagne a la côte ?

Les meublés sont souvent loués par des étudiants. Ce sont alors les parents qui sont les garants et souvent les payeurs. Parfois, les logements garnis sont loués par des entreprises pour des salariés en déplacement. Dans le cas des logements de vacances, là le risque est même nul, puisque les locations sont payées d’avance.

Dans tous les cas, l’expulsion d’un logement meublé est bien plus facile qu’avec un logement vide. Les locataires ne laissent donc pas traîner des impayés de peur d’être évincés du logement.

Une réglementation souple pour le logement meublé

Tout comme pour un logement vide, la location meublée peut être la résidence principale du locataire ou pas. Dans le cas où le bien ne constitue pas une résidence principale, vous pouvez fixer librement toutes les conditions. Le montant du loyer, la durée et les charges notamment sont à votre appréciation.

S’il s’agit de la résidence principale de votre locataire, les conditions sont plus strictes, mais juste un peu. Selon la loi ALUR, vous devez établir un contrat, un état des lieux, un diagnostic… Néanmoins, vous gardez de la souplesse en ce qui concerne la durée du bail. En général, elle s’établit sur un an reconductible (9 mois pour les étudiants). À titre comparatif, en SCI, le bail est de 3 ans ou plus.

Cette durée, plus courte, s’adapte parfaitement aux besoins de vos locataires et vous permet de disposer de votre bien à votre guise. Cela constitue aussi un avantage si vous souhaitez vendre votre bien. Il ne sera ainsi pas décoté en raison de la présence longue durée d’un locataire.

La location garnie avec une fiscalité attractive

La location meublée profite aussi d’une fiscalité attractive. En tant que loueur en meublé non professionnel, vous êtes imposé sur la moitié de vos recettes. Vous pouvez aussi opter pour un autre système où vous déduisez de vos recettes les charges et les amortissements. Quel que soit votre choix, cela reste financièrement plus intéressant que la location de logements vides.

Banner Content

Facebook

A propos

Serge, 48 ans, agent immobilier Bienvenue sur Immo B, blog d’actualité immobilière qui vous aidera dans vos prises de décisions !!

Abonnez-vous à newsletter

Show Buttons
Hide Buttons